x

République Démocratique du Congo

Réponse aux urgences

Democratic-Republic-of-Congo-Map-300x229Présente en République démocratique du Congo depuis août 2011, ALIMA a mené différents projets dans 6 provinces du pays en deux domaines majeurs: la prévention et/ou traitement de la malnutrition infanto-juvénile et la réponse multisectorielle aux différentes épidémies. Actuellement ALIMA est présente dans la province du Katanga sur des projets de réponse aux urgences.

La République Démocratique du Congo, deuxième plus grand pays d’Afrique, grand comme 5 fois la France, connait une situation sanitaire difficile. Le pays souffre d’indicateurs de santé chroniquement élevés, notamment la mortalité infantile, et d’une insécurité permanente dans de nombreuses provinces. La province du Katanga, au sud-est du pays est une région de la taille de l’Espagne comptant environ 12 millions d’habitants où des années d’instabilité ont ébranlé le secteur médical. Eminemment importante dans l’économie pour sa richesse minière, cette région voit son contexte fortement marqué par de nombreux conflits ethniques et d’attaques de groupes armés impactant fortement sur les déplacements des populations internes.

A la suite des flambées de cas de choléra début 2013, ALIMA s’y est déployé pour mener une riposte dans la ville de Likasi. A la fin de cette même année, sous l’égide du programme RUSH (Réponse aux Urgences Sanitaires et wasH), l’ensemble des actions d’ALIMA s’est concentré dans le Katanga.

L’objectif des actions d’ALIMA est de réduire autant que possible la morbi-mortalité consécutive à des flambées épidémiques :
le choléra, la rougeole et le paludisme.

En 2014, 6 ripostes rapides ont permis la prise en charge aux niveaux primaire et secondaire, de plus de 900 cas de choléra, 1200 cas de rougeole et 20 000 cas de paludisme (ainsi que leurs comorbidités) aux côtés des autorités sanitaires et des professionnels de santé. Dans le cadre des ripostes contre le choléra, ALIMA développe des activités en faveur de l’amélioration de l’accès à l’eau potable pour les communautés
et la promotion de l’hygiène.

En 2015 ALIMA continue d’assurer l’accès à la prise en charge médicale dans certaines zones telles que Kinkondja fournissant des soins de qualité aux populations touchées par le choléra, le paludisme. L’objectif est d’assurer les activités WASH dans la communauté de manière à limiter la propagation des épidémies.

ALIMA a  souhaité  élargir  la couverture de l’offre de soins lors de son appui aux structures dans le cadre de prises en charge des cas de malnutris aiguës sévères et des victimes de violences sexuelles.

L’objectif  de 2016 est de continuer à pouvoir répondre à ces urgences humanitaires dans cette région de la RDC qui manque terriblement de structures de santé, et d’aide humanitaire et de continuer à lutter contre les épidémies qui frappent la province du Katanga.

Rougeole : La rougeole reste un problème majeur au Katanga. Le front épidémique s’étend déjà sur un tiers du Territoire (23 des 68 ZS), gagnant des zones rurales particulièrement difficiles d’accès. La riposte conjuguée des acteurs médicaux d’urgence aux côtés des autorités sanitaires ne couvre pas la moitié des Zones de Santé touchées. Selon le Ministère de la Santé Publique, à la semaine 26, 20 000 cas de rougeole dont 300 décès ont été enregistrés en 2015 dans la province du Katanga. ALIMA, en accord avec les autorités locales, a organisé une campagne de vaccination de masse sur l’ensemble du territoire ainsi que le renforcement de la surveillance épidémiologique du 13 Mai au 4 Juin 2015. Plus de 107 000 enfants âgés entre 6 mois et 10 ans ont été vaccinés contre la rougeole entre la semaine 20 et la semaine 23 en collaboration avec les autorités sanitaires dans la zone de santé de Kilwa. Cette campagne financée par l’UNICEF est la première riposte vaccinale effectuée par ALIMA dans le Katanga, à laquelle est couplée la prise en charge des cas simples et compliqués.
Choléra : La RDC est le pays d’Afrique qui notifie le plus de cas de choléra Sur les 14 dernières années, le Katanga représente quasiment la moitié des cas de choléra notifiés. A titre d’exemple, en 2013, le Katanga a été la province la plus affectée en RDC avec au total de 13 726 cas dont 348 décès, soit une létalité de 2,5% .Des cas de choléra y sont notifiés tout au long de l’année, entretenant des foyers à l’origine de grandes flambées épidémiques.
Paludisme : Le paludisme est la première cause de morbidité et de mortalité des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes : 30 à 40% des décès des moins de 5 ans sont imputables au paludisme, soit entre 150 000 et 250 000 décès par an (Europaid, PNUD, 2010). Si l’on considère que 80% des cas et décès surviennent à domicile (PNLP, 2002-2006) alors c’est plus de 1 millions de décès d’enfants par an dus au paludisme.